Top dix règles de la rédaction web à respecter pour un texte réussi

top 10 règles de la rédaction webLorsque l’on accepte une nouvelle commande, il est important de prendre quelques minutes pour réfléchir afin de cerner correctement les attentes du client. Cette étape est primordiale pour rédiger un texte efficace et conforme à la ligne éditoriale du commanditaire. Elle permet aussi d’éviter de perdre du temps à cause d’éventuelles demandes de correction. En outre, tout rédacteur professionnel devrait mettre un point d’honneur à livrer un texte intéressant pour son lecteur et agréable à lire.

Mais, alors qu’il est parfois difficile de se mettre dans la tête d’un client ou d’un lecteur, comment s’assurer de rédiger un texte à la hauteur des exigences de chacun ?

S’il n’y a pas de « recette miracle », quelques astuces permettent d’éviter les écueils rédhibitoires.

Aussi, l’équipe de greatcontent a sélectionné pour vous dix points qui sont à prendre particulièrement en considération pour livrer un texte impeccable. Ceux-ci portent aussi bien sur la grammaire et l’orthographe, que sur la structure du paragraphe, les contraintes SEO, ou encore le ton à employer.

Règle de base n°1 : adapter le contenu aux contraintes SEO

1 - les contraintes SEO ne doivent pas influncer sur la qualitéDans la plupart des cas, les textes à rédiger sont accompagnés d’une série de mots-clés à employer, précisés dans le briefing donné par le client. Il est impératif d’utiliser ces termes et de les mettre en valeur, par exemple dans des titres ou en début de paragraphes. Cela permet en effet au texte d’être correctement référencé dans les différents moteurs de recherche, et c’est pour cette raison que le client a tenu à les préciser.

Ce type de rédaction est nommée rédaction pour le SEO, de l’anglais Search Engine Optimization (Wikipédia), un terme que vous pourrez retrouver dans le briefing de certains de nos clients. Il est cependant intéressant de comprendre que les règles fixées dans ce domaine visent à l’origine à éviter des pratiques abusives – de type bourrage de mots-clés – de la part des sites e-commerce notamment. L’art du rédacteur web consiste donc à intégrer les mots-clés de manière suffisamment naturelle pour que la qualité du texte ne soit pas impactée. Il est aussi parfois demandé de varier légèrement les termes composant les expressions-clés : n’hésitez donc pas à changer l’ordre des mots quand cela est possible, ou à employer, en alternance, le singulier et le pluriel.

Gardez toujours à l’esprit que les mots-clés sont là pour vous guider dans votre rédaction, mais qu’il vous revient de les incorporer dans un texte cohérent, argumenté et parfaitement bien rédigé.

Règle de base n°2 : grammaire, orthographe et syntaxe doivent être irréprochables

2 - Augmenter le taux de transformation avec des textes sans fautesVous-même, lorsque vous lisez des articles dans la presse papier ou sur le web, avez conscience qu’une simple faute d’orthographe a tendance à décrédibiliser non seulement le texte que vous venez de parcourir, mais également le journal ou le site Internet de façon globale. Fact-finder, qui mène des études destinées aux e-commerçants, a ainsi mis en avant le fait que les erreurs de rédaction et traduction pouvaient conduire à une chute des ventes atteignant jusqu’à 20%. Pour cette raison, et parce que l’erreur est humaine, il est essentiel de prendre le temps de vous relire calmement avant de faire parvenir votre texte au client.

Parmi les fautes les plus graves et les plus courantes, on compte celles de conjugaison, avec parfois des erreurs de concordance des temps. Même si vous utilisez un correcteur orthographique, pensez à vérifier certains termes anglais qui en sont exclus mais aussi les noms propres, surtout si vous décidez de citer des marques. En cas de doute, vous pouvez consulter de nombreux sites comme « Le Conjugueur« , mais aussi plusieurs dictionnaires gratuits en ligne comme « Le Larousse » ou encore « Ledictionnaire.com ».

Prenez également garde à votre ponctuation (aide pour la ponctuation) et n’omettez ni point ni majuscule. Enfin, révisez au besoin les règles typographiques : à titre d’exemple, les signes doubles tels que le point d’interrogation, le point virgule, le point d’exclamation ou les deux points nécessitent un espace avant et un après.

Mais surtout, surtout, n’hésitez pas à ouvrir votre Bescherelle ou à faire des recherches sur internet pour reprendre les règles de grammaire et de syntaxe.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’importance de faire appel à un français impeccable dans vos textes, n’hésitez pas à lire l’article dédié sur le blog de greatcontent.

Règle de base n°3 : procéder à une lecture minutieuse du briefing

3 - comprendre et bien intégrer les éléments du briefingAvant de vous lancer dans la rédaction, il est nécessaire que vous lisiez le briefing du client avec le plus grand soin. Ce dernier constitue en effet votre principal mode de communication. Si la plupart des commanditaires prendront le temps de vous donner toutes les indications nécessaires, il est également possible que d’autres vous laissent une grande marge de manœuvre. Attention cependant, à moins que celle-ci ne soit explicitée (par exemple : « ton libre »), évitez au maximum d’interpréter les attentes du client et de prendre trop d’initiatives à la va-vite. Que le briefing soit précis ou qu’il soit aussi minimaliste qu’un appartement feng-shui, il est toujours préférable de prendre le temps de visiter le site internet du client, afin de s’imprégner de son style et de son contenu.

S’il s’agit par exemple d’une marque de vêtements ou d’accessoires de sport, réfléchissez aux qualités que l’entreprise souhaite mettre en avant sur le web. Est-ce sa créativité ? Son respect des traditions ? Ses innovations technologiques ? Son ouverture à l’international ? Sa popularité auprès de vedettes ? Que vous rédigiez une description de produit ou une page d’accueil, prenez le temps de lire quelques lignes sur l’histoire de l’entreprise pour laquelle vous allez écrire.

En effet, on ne présente pas de la même façon une jeune start-up dynamique, qui vient de voir le jour, et un fabricant dont l’histoire remonte au dix-neuvième siècle, et qui souhaite probablement mettre en avant cette notion de savoir-faire et de tradition.

Respecter la ligne éditoriale du client et rédiger en fonction de son histoire, de ses spécificités et de ses attentes vous permettra de vous classer très rapidement parmi les virtuoses de la rédaction web.

Règle de base n°4 : opter pour une mise en forme aérée

4 - structurer son texte pour l'aérer et le rendre plus accessibleVous en avez fait l’expérience vous-même, on ne lit pas de la même façon une page web et un article de journal sur papier, un roman, un essai ou une copie à corriger. C’est pour cette raison qu’il est capital de capter l’intérêt de votre lecteur en quelques mots. Cela passe par un vocabulaire accrocheur et bien choisi, mais également par une mise en forme qui incite l’internaute à poursuivre sa lecture. Une bonne astuce pour cela est de limiter les paragraphes trop compacts et interminables au profit d’une présentation aérée et claire, qui met en valeur les différentes idées à retenir et permet de comprendre en quelques secondes à peine les caractéristiques essentielles d’un produit, par exemple.

Employer des titres et des sous-titres permet de mettre en avant des idées simples. De même, dans le cas d’une énumération, il est souvent bien plus parlant de procéder sous forme de liste afin que le lecteur puisse mémoriser les éléments-clé. Afin de hiérarchiser les différents types d’informations, pensez à souligner les liens quand vous citez des sites internet, et à mettre en caractère gras les informations les plus importantes à vos yeux. Enfin, l’italique est réservé la plupart du temps à des termes étrangers absents du dictionnaire français, aux titres d’œuvres et aux citations, comme cela est mentionné sur le site « Ebooksgratuits.com ».

Pour souligner des termes, les mettre en italique ou en gras, employez simplement les balises appropriées, situées juste au-dessus de l’encadré de rédaction, comme ceci est expliqué dans les FAQ.

Utilisez l’espace disponible et les outils mis à votre disposition pour valoriser votre texte : vous servirez à la fois vos intérêts et celui du lecteur.

Règle de base n°5 : cibler son lecteur

5 - cibler son lecteur et répondre à ses attentesAu moment de vous lancer dans la rédaction, gardez bien à l’esprit le type de public auquel votre texte s’adresse en priorité. Il n’existe en effet que peu de points communs entre un texte sur la mode publié sur un blog consulté majoritairement par des adolescentes, et un autre destiné à un site d’ameublement sur lequel des clients aisés vont rechercher à investir dans des produits d’exception.

Si, bien sûr, votre style doit toujours être irréprochable, le texte de la première situation pourra employer un langage courant, avec par exemple des exclamations et un vocabulaire adapté à une classe d’âge jeune. Le second texte devra, en revanche, être rédigé de manière plus soutenue, apportant un maximum d’informations d’ordre technique ainsi que des descriptions précises valorisant le produit.

Une bonne astuce, pour amener le lecteur à se sentir concerné, est de mettre le produit en situation : évoquez l’utilisation qui peut en être faite, tout en expliquant en quoi ses caractéristiques présentent un avantage pour cet usage. Ce procédé permet au lecteur, et donc au potentiel acheteur, de s’impliquer dans la description de l’article, lui donne envie d’en savoir plus et de passer à l’acte d’achat. Par exemple, si le produit en question est une chemise, il est possible d’évoquer différentes situations simples où elle sera utile, dans un cadre professionnel par exemple, à un rendez-vous important ou encore à une soirée en tête-à-tête.

Pour toucher juste, il est important de toujours prendre soin du lecteur, d’anticiper ses attentes et ses questions, de faire en sorte qu’il maîtrise parfaitement le vocabulaire employé.

Règle de base n°6 : apporter une réelle information au lecteur

6 - rester honnête et transparent pour gagner la confiance de votre lecteurMême si votre texte a pour but de vanter les mérites d’un produit ou de mettre en avant ses performances, il est important de rester honnête avec le lecteur et de ne pas sur-vendre l’article en question, ou d’utiliser un vocabulaire trop commercial, sous peine de fortement perdre en crédibilité. Mieux vaut donc limiter les superlatifs et toutes les formules ouvertement élogieuses et peu crédibles telles qu’ »extraordinaire », « le meilleur de sa catégorie » ou encore « jamais vu ». Évitez aussi de vous borner à une simple description ou à des redites ennuyeuses puisqu’il vous faut mettre en valeur l’intérêt de l’objet, ses points forts et ses avantages dans la vie quotidienne.

Il est également important d’adapter le ton et le vocabulaire employés au produit décrit et à votre lecteur. Si nous avons déjà précisé que le texte doit être intelligible, il ne faut pas pour autant simplifier votre texte au risque d’y laisser sa substance. Dans tous les cas, et quel que soit le type de texte auquel vous vous attelez, prenez le temps de faire des recherches un minimum poussées et de vérifier vos sources. C’est en effet en fournissant à son lecteur des informations complètes et originales qu’un site se démarquera de ses concurrents.

Votre lecteur n’est pas plus sot que vous : soyez sincère et pertinent, ou il s’en ira voir ailleurs.

Règle de base n° 7 : garder à l’esprit les objectifs implicites du client

7 - Garder à l'esprit l'objectif du texte pour le clientSi le briefing précise le contenu d’un texte et la manière dont celui-ci doit être présenté, il importe que vous, auteur, sachiez lire entre les lignes afin de comprendre l’objectif sous-jacent de ce texte. Par exemple, si l’article est destiné à une page produit sur un site d’e-commerce, l’objectif est clair, il s’agit de transformer le lecteur en acheteur en lui expliquant en quoi l’article en question est intéressant et qu’il peut se le procurer facilement, au meilleur prix.

Un autre cas de figure fréquent est la description d’une catégorie. Plus générique, ce texte a alors pour fonction d’inciter l’internaute à cliquer sur le lien pour découvrir l’ensemble des produits disponibles sur le site. Convaincre le lecteur de rester sur la page est également la mission des lignes apparaissant sur une page d’accueil, qui doit être attrayante, claire, et permettre à l’entreprise de se distinguer de ses concurrents. Enfin, les articles de blog ont comme fonction première d’amener les internautes à visiter le site, et sont donc avant tout source de visibilité sur le web.

Sans pour autant vous contenter d’écrire un texte en vue d’atteindre les objectifs implicites inhérents au domaine marketing, ces derniers devraient constituer votre fil d’Ariane.

Règle de base n°8 : dire halte à la monotonie et aux répétitions

8 - Éviter les répétitons pour garder un style agréable et créatifLors de votre rédaction, prenez garde à ne pas ressasser les mêmes idées indéfiniment. Un bon texte doit normalement comporter une nouvelle idée ou une information inédite par phrase, afin que chaque ligne soit réellement utile. Dans le même esprit, il faut éviter d’employer à plus de deux reprises exactement les mêmes termes et varier tant que faire se peut le vocabulaire utilisé. Pour cela, n’hésitez pas à faire appel à un dictionnaire des synonymes comme « Synonymes.com ». Pourquoi en effet répéter trois fois dans votre texte qu’un meuble est magnifique, quand vous pourriez également dire de lui qu’il est design, ravissant, gracieux, esthétique ou encore coquet ?

Nous vous invitons également à préciser vos termes en fonction de l’objet ou du sujet auquel ils s’appliquent. Par exemple, le meuble déjà cité peut s’avérer être rustique ou moderne, être d’usage polyvalent ou élémentaire, ou encore être uni- ou multicolore. Attention cependant lors de l’utilisation d’un dictionnaire des synonymes : n’employez jamais un terme dont vous ne maîtrisez pas le sens ou l’application.

Prenez également garde à la façon dont vous employez les adverbes. S’ils permettent de renforcer un propos et de vous aider à argumenter de façon convaincante, ils peuvent également alourdir un texte si vous en abusez ou si vous les répétez trop souvent.

Le style du texte sera enrichi par l’utilisation d’un vocabulaire approprié et varié. C’est cette qualité qui fait la différence entre un texte lambda et un écrit créatif.

Règle de base n° 9 : créer un texte bien construit et synthétique

9 - Synthétiser pour garder seulement l'essentielSi cet article est loin d’être un modèle du genre, il est indubitable qu’un texte court et synthétique sera plus efficace. Il ne faut en effet que quelques secondes à un internaute pour décider d’abandonner sa lecture et passer sur un site concurrent. Pour éviter cela, adoptez un style de rédaction clair et précis dont l’atout principal sera la simplicité. Oubliez les tournures compliquées qui risquent de lasser le lecteur, et privilégiez des phrases courtes.

De même, plutôt que d’énumérer des faits, choisissez d’en développer deux ou trois en les contextualisant. Évitez un style trop lourd, les constructions trop littéraires mais également les pléonasmes (Exemple de pléonasmes à éviter) qui nuisent à l’image du produit, du type « un sac aussi pratique que commode ». Si un lecteur assidu appréciera les figures de style ou les envolées lyriques dans une œuvre romanesque, il n’en est pas de même lorsque cette même personne s’attèle à parcourir la page d’un site Internet.

L’écran d’un ordinateur ne vaut pas celui d’une tablette Kindle, et il ne faut pas hésiter à épargner votre lecteur en allant droit au but.

Règle de base n°10 : procéder à une relecture constructive

10 - Relire pour éviter les retours et gagner du tempsLes dernières minutes avant d’envoyer votre texte au client ne doivent pas être négligées. Une bonne relecture ne se fait pas dans la précipitation, d’où l’importance de bien anticiper les délais de rendu. En parcourant votre travail une dernière fois, il faut bien sûr penser à vérifier l’orthographe, la conjugaison et la syntaxe, mais également la structure globale du texte en se mettant à la place du lecteur. Peut-on rapidement trouver les informations les plus importantes ? Chaque phrase apporte-t-elle un renseignement supplémentaire ? Les paragraphes sont-ils structurés de manière cohérente, sans tournures de phrases inutilement compliquées ? La marche à suivre pour en apprendre davantage ou passer commande est-elle évoquée ?

Pour finir, pensez toujours à vérifier le nombre de mots avant d’envoyer votre texte afin de ne pas dépasser la limite maximale fixée par le client et qui est, impérativement, à respecter.

N’hésitez pas à laisser votre texte reposer quelques heures avant de procéder à la relecture : vous aurez davantage de recul sur votre propre création.

Livrer un texte unique, bien écrit, original et optimisé SEO est l’objectif premier de greatcontent. En respectant ces dix règles de base, vous mettez toutes les chances de votre côté pour que votre travail soit accepté dès la première lecture. C’est donc un gain de temps non négligeable, autant pour le client que pour vous. Le client vous recommandera et vous attribuera de nouvelles missions.

De plus, et même si vous acceptez de céder vos droits d’auteur, vous aurez la satisfaction du travail bien fait, et apprécierez de voir publié un texte à la hauteur de vos qualités rédactionnelles.

Vous êtes prêt ? À vos plumes !

—–

Si vous souhaitez en savoir sur les facteurs clés d’un texte SEO, téléchargez le support de la conférence sur les facteurs clés d’un texte SEO.

À propos de Jean - Greatcontent.fr

Après une expérience en e-commerce et SEO, Jean développe le service de rédaction en ligne greatcontent.fr. Google+
Ce contenu a été publié dans Astuces et conseils, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>